Equinox Consulting

Ca dérape – Les petites heures du « Sexte Crime »

Par Jean Bouvier, le 15 décembre 2015 dans Ca décape / ça dérape

Le parcours client, source d’enchantement de l’expérience de marque, constitue l’un des maîtres mots des gourous marketing 3.0 à propos de cette révolution numérique dont on nous rabâche l’avènement. L’innovation de parcours n’est pas l’apanage de la banque, loin s’en faut ! La preuve par l’exemple du secteur de la … littérature érotique, source d’innovations disruptives.

Dans le domaine littéraire, Amazon et consorts ont bouleversé la manière dont le consommateur achète ses lectures : chiner le livre d’été, l’acheter à moindre prix, l’avoir chez soi sous 48 heures… et se voir proposer des lectures affinitaires pertinentes auxquelles l’on ne penserait pas seul. Ce que les gens de marketing appellent la « Next Best Offer » par l’usage de puissants algorithmes prédictifs.

Tout ceci relevait, finalement, de l’expérience d’achat du consommateur. Rien à voir avec l’expérience d’usage du lecteur.

Lacune comblée, si l’on ose dire, par la grâce d’une start up brestoise imaginative, B. Sensory, qui s’est adjoint le talent d’une autre start up experte des objets connectés, Cityzen Data.

Leur rejeton de 17 centimètres au doux nom de Little Bird sera commercialisé en janvier 2016. Il s’agit d’un vibrant prolongement – si l’on ose (re)dire – de l’expérience de lecture érotique proposée à la lectrice : connecté par Bluetooth Low Energy à un smartphone, l’engin incarne un nouveau type de lecture sensorielle interactive. Télécommandé par le smartphone, l’indécent objet des sens réagit aux mouvements de celui-ci ou en fonction des passages de lecture parcouru sur une tablette. L’invention, en quelque sorte, du « sexte », contraction de sextoy et de texte…

SextecrimeSource : ère numérique, mars 2015

Voilà bien une bonne nouvelle à l’heure où tous les Digital Labs s’affairent à construire les outils de l’enchantement client, à l’image de Smart Me Up, start-up grenobloise dont le logiciel d’analyse en temps réel des visages permet d’interpréter les émotions et l’attitude de l’individu.

Une récente étude de Cognizant confirme qu’en matière de gestion de la relation client, les dirigeants des grandes entreprises placent la priorité sur l’amélioration de l’expérience vécue auprès de la marque, levier essentiel de la conquête et de la fidélisation des clients.

sextecrime2Source : étude “Putting the Experience in Digital Customer Experience”, Cognizant Center for the Future of Work avec Oxford Economics (sondage de 300 dirigeants d’entreprises, novembre 2014)

Si l’industrie du livre – a fortiori du livre léger, art mineur – réussit à augmenter la valeur d’usage perçue de sa clientèle, pourquoi le secteur bancaire n’y parviendrait-il pas ? Car au final, le bien-être et la gestion de l’argent ne partagent-ils pas un point commun ? Ce qui est bon pour le moral est bon pour la santé.

Plus

 

 

Jean Bouvier  Jean

Associé

Digital, Banque de Détail et SFS

Inscrivez-vous à la newsletter